Semaine de 4 jours, fausse bonne idée ?

Plusieurs études ont montré qu’à un moment donné, la productivité diminue à mesure que le nombre d’heures travaillées augmente. L’idée serait alors d’avoir une semaine de travail de quatre jours est, idéalement, une semaine de travail de 32 heures sans perte de productivité, de salaire ou d’avantages.

La loi Robien de 1996 a permis que les semaines de travail durent 4 jours. Avec un passage aux 32 heures et une obligation pour les entreprises de recruter au moins 10% de salariés en CDI.

Cependant, cette loi a été remplacée par la loi Aubry et donc, le passage en 35 heures par semaine. Cette semaine consiste à travailler 4 jours au lieu de 5 sans perte de salaire.

La semaine de 4 jours, fausse bonne idée ?

La semaine de 4 jours en entreprise permet aux salariés de travailler 4 jours et de profiter de 3 jours de repos, alors qu’un week-end dure uniquement deux jours.

Ils bénéficient alors d’un nouveau jour de repos avec 3 jours de repos dans la semaine (vendredi, samedi et dimanche), ils arrivent ainsi à avoir une plus grande flexibilité dans leurs horaires de travail ce que 64% des salariés français aimeraient obtenir. Cette flexibilité leur permet un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Pour les entreprises, elles bénéficient d’un allègement des cotisations patronales de la Sécurité Sociale. Elles profitent également d’un chiffre d’affaires qui augmente en général dans les entreprises, et plus de rentabilité grâce à une poussée de productivité. L’entreprise constate aussi une baisse d’absentéisme des salariés dans la durée.

Au niveau professionnel :

  • Augmentation de la productivité
  • Les salariés deviennent plus autonomes et plus concentrés,
  • Ils réussissent davantage à prioriser leurs tâches.

Au niveau personnel :

  • Une réduction de la fatigue et du stress,
  • Moins temps de trajet,
  • Plus de temps avec sa famille ou ses amis

Au niveau économique :

  • Une réduction de la consommation d’essence qui augmente,
  • Des tickets restaurant économisés,
  • Moins de consommation d’énergie.

Les entreprises qui ont testé et adoptent

Selon une étude réalisée en mai 2022 par le cabinet ADP, seulement 19% des entreprises ont mis en place un accord de travail flexible et 5% d’entre elles ont adopté la semaine de 4 jours.

Voici quelques entreprises qui l’ont adopté :

  • Welcome to the Jungle : en 2019, l’entreprise a testé pendant cinq mois (de juin à octobre 2022) la semaine de 4 jours. Ce rythme de travail a été définitivement adopté,
  • Yprema : les employés sont à 35 heures sur 4 jours depuis 1996, à l’époque de la loi Robiens,
  • Elmy : depuis le 1er septembre 2022, les salariés travaillent 32 heures par semaine sur 4 jours, payés 39 heures,
  • LDLC : les salariés sont passé à 32 heures hebdomadaires sur 4 jours.

Et dans les faits ?

Même si sur le papier l’idée de travailler moins semble intéressante, la mise en place est plus complexe. La semaine de 4 jours dépend aussi de la taille d’entreprise mais surtout du secteur d’activités.

Dans les faits, il sera plus facile à une société du tertiaire d’adopter ce modèle que l’entreprise qui est spécialisée dans le BTP. La pénibilité du travail est un réel frein au passage à semaine de 4 jours : plus le job est pénible, moins le passage est facile.

Dans le cas de la construction, les principaux inconvénients seraient :

    • Des journées de travail beaucoup plus longues,
    • Une nouvelle planification qui peut être compliquée pour certains employés,
    • Un rythme difficile à mettre en place,
    • Augmente la charge de travail des salariés qui peuvent très facilement être dépassés par les objectifs et se sentir plus stressés,
    • Un manque de sociabilité donc un manque de vie dans l’entreprise.

Conduire le changement vers une semaine de 4 jours

Il y a plusieurs solutions qui s’offrent aux entreprises pour réussir à relever le défi des 4 jours en entreprise :

        • Proposer cette disposition au salarié, mais ne pas l’imposer à tout le monde,
        • Appliquer ce rythme progressivement dans l’entreprise et essayer de l’appliquer une ou deux fois par mois aux salariés,
        • Le 3ème jour off peut être choisi par les salariés, mais doit être proposé entre le lundi et le jeudi.

Vous souhaitez nous suivre quotidiennement ? On vous attend sur nos différents réseaux sociaux :