Recrutement 2022 : La tendance du Ghosting

Depuis plusieurs années, la « guerre des talents » fait partie des enjeux liés aux Ressources Humaines. Il existe une réelle pénurie de talents. Compte tenu de ce phénomène, les entreprises se retrouvent contraintes d’embaucher des employés juniors en dépit d’un profil cadre. Ainsi, les entreprises doivent faire la différence en misant sur des valeurs plus durables plutôt que sur l’attractivité financière. Nous allons découvrir les différents enjeux et défis auxquels sont confrontés les recruteurs en 2022.

Les candidats ont le pouvoir

Pour certains types de postes, il demeure un véritable déficit de main d’œuvre qualifié. Cette situation n’est pas nouvelle. Pourtant, la perception des talents sur leur propre valeur du marché de l’emploi a considérablement évolué. Les candidats trouvent du sens à ce qu’ils font lorsque l’employeur est inspirant. Les nouvelles recrues attachent de plus en plus d’importance à la vision, l’éthique, mais aussi à la marque employeur de l’entreprise. L’image ne suffit plus pour séduire n’y pour retenir.

Pour les postes moins qualifiés, la question de l’attractivité demeure et ne peut être résolue sans une amélioration significative des conditions de travail et d’emploi. Peu importe le poste, c’est le même danger : pour attirer les meilleurs talents, il faut savoir ce qu’ils veulent.

Le recrutement équitable

Un recrutement lambda consiste à recevoir et à trier des CV. À la suite du sourcing CV, les potentiels candidats sont convoqués à un entretien. Lors de cet entretien, le recruteur se charge de poser des questions et le tour est joué. Pourtant, la tendance s’inverse, ce ne sont plus les candidats qui passent l’entretien, mais l’employeur. L’entreprise est dans l’obligation de convaincre, pour cela, elle se doit de répondre à un certain nombre de critères liés aux Ressources Humaines : diversité et inclusion. Aujourd’hui, les nouvelles recrues ont besoin de preuves, de données et d’équipe. La marque employeur elle n’échappe pas à la règle.

Lutter contre les préjugés tout en favorisant un recrutement équitable nécessite de revoir les processus et de remettre en question toutes les étapes. La rédaction des offres en particulier est un sujet sensible car en fonction des mots utilisés, des tournures de phrases choisies, cela a une influence sur le type de candidats qui enverra son CV.

Pour attirer des profils plus diversifiés, il faut remettre en question ses attentes, ses habitudes, et se méfier de son ressenti. Le nom et le prénom, le sexe, l’âge, l’origine géographique nous affectent qu’on le veuille ou non, c’est pour cela qu’il faut les bannir. En les retirant du processus digital lorsque cela est possible, on optimise au maximum l’équité, mais aussi la diversité. Lors du processus d’embauche, ceux qui comptent, ce sont seulement les compétences des candidats.

L'herbe est toujours plus verte chez les autres

Faux, jusqu’à ce que l’on découvre que c’est du gazon artificiel. Varier son type de candidat en recrutant en interne, peut parfois permettre d’éviter la pénurie de certains profils. Certains collaborateurs, attendent qu’une opportunité (mobilité interne) s’offrent à eux. Le recrutement en interne favorise l’engagement et la fidélisation, ceux qui offrent la possibilité aux personnes de se présenter ailleurs que dans leur poste actuel. Cette action va permettre aux salariés concernés de développer leurs compétences tout en ayant une vision plus large sur leurs propres perspectives de carrière. L’entreprise n’a pas le choix que de mettre en place des outils qui ont pour but de promouvoir les talents qui sont déjà présents en entreprise. Sinon, ses salariés envisageront sérieusement d’aller voir si l’herbe est toujours plus verte ailleurs.

La tendance du Ghosting

Le terme Ghosting fait référence non seulement à un candidat “fantôme” qui décide de mettre fin au processus d’embauche sans donner d’explications, mais aussi à un employé qui abandonne un poste des mois voire des années plus tard. Ne pas se présenter au travail pendant plusieurs années ; ou toute autre forme liée à une « disparition simple » sans préavis, ni information.

Cette pratique existe depuis plusieurs décennies. Cependant, il existe une nouveauté à ce phénomène : de nombreux salariés décident de ne plus travailler, sans déposer de préavis ou sans se présenter le premier jour après avoir été embauché. L’une des raisons pour lesquelles cette tendance est en pleine montée, est due un marché du travail en plein essor, surtout dans l’industrie informatique, où il y existe une offre excédentaire d’emplois. Les travailleurs souhaitent avoir un équilibre parfait entre vie professionnelle et vie privée. Ce point s’est accentué depuis la crise sanitaire, avec des confinements successifs et l’explosion du télétravail. Cette nouvelle façon de travailler plaît tout particulièrement aux collaborateurs. En grande majorité, ils ont été amenés à s’interroger sur l’utilité de leur métier, mais aussi l’intérêt d’y consacrer autant de temps.

L'ESAGE, une école au cœur d'un recrutement de qualité

L’École ESAGE recrute au quotidien des étudiants à travers diverses formations :

Nos étudiants sont en alternance et grâce à notre enseignement professionnel de qualité, ils pourront trouver leur future entreprise d’accueil et minimiser les tensions lors de leur recrutement.

Vous souhaitez nous suivre quotidiennement ? On vous attend sur nos différents réseaux sociaux :